Cher membres et amis du forum,
A la demande des propriétaires des marques "Violon Cello" et "RG eviolins" , tout message faisant référence aux dites marques, leur produit, toute url conduisant vers leurs sites internet, et tout commentaire susceptible de permettre directement ou indirectement d'en identifier les propriétaires seront dorénavant supprimés. Nous invitons les personnes souhaitant se renseigner sur ces marques et produits à poster leurs questions et messages sur un autre lieu d’échange.

Devenir musicien professionnel en France

Le violon et sa technique n'ont plus de secret pour vous. Vous êtes une aide précieuse pour nos néophytes... n'hésitez pas à partager vos connaissances.
Répondre
Avatar de l’utilisateur
PhilippeB
Messages : 559
Inscription : lun. 15 déc. 2014 15:55
Pratique du violon : 0
Sexe : Homme
Localisation : 94

Devenir musicien professionnel en France

Message par PhilippeB » lun. 2 nov. 2015 15:33

Hello tout le monde!
Cette file concerne en premier lieu les violonistes professionnels du forum ainsi que ceux qui souhaitent le devenir, mais aussi les parents qui se posent des questions sur l'avenir de leurs enfants passionnés de musique. L'idée est d'échanger sur la formation mais aussi les débouchés et les parcours possibles pour les jeunes qui veulent se lancer dans une carrière d'instrumentiste professionnel aujourd'hui.
Comme le sujet est très vaste je propose pour commencer que les professionnels du forum nous disent comment ils ont fait ce choix d'orientation, à quel âge, avec quel niveau d'instrument, avec quels conseils, et comment ce choix s'est imposé à eux. Etait-ce un choix évident? Etait-ce un choix difficile? Quels ont été les arguments pour ou contre ce choix? Etc. A vos claviers! ;)



Avatar de l’utilisateur
Anthurium
Messages : 1658
Inscription : mer. 24 nov. 2004 20:55
Pratique du violon : 25
Sexe : Femme

Re: Devenir musicien professionnel en France

Message par Anthurium » lun. 9 nov. 2015 14:53

Hop,je me lance! Et je précise que j'ai un parcours assez atypique dans le métier, j'ai choisi de ne faire que de la musique tardivement :) et voici mon pavé!

J'ai débuté le violon à 6 ans dans un Conservatoire de province (crd). Ma mère pensait (à raison^^) que les arts ont une place essentielle dans la formation de l'individu, elle peint en amateur, aime la musique, tout ça mais n'est pas du métier, mon père non plus. On m'a proposé le violon, je ne savais pas trop ce que ça impliquait, mais j'avais vu un quatuor à l'école maternelle et ça m'avait juste plû. Elle a proposé le violon à mon grand frère aussi, mais il a pas voulu (c'était selon lui un truc de fille^^). Bref elle m'a inscrite au conservatoire, et en rentrant mon frère a fait une crise de jalousie il a fallu l'inscrire aussi,plus de place en violon, il est donc devenu altiste en herbe, et nous étions partis pour l'aventure dans la musique!

J'ai eu un parcours chaotique au début, j'étais vraiment pas mature, je ne comprenais rien je crois à ce que me demandais mon prof, la pédagogie était très vieille école et pour le coup j'accrochais alors pas. La loterie du moment des inscriptions, j'avais le meilleur prof de violon du conservatoire mais à cette époque je m'en fichais royalement! Examen fin de premier cycle, je le loupe. Pour mes parents il n'était pas envisageable que j'arrête (pas génération zapping chez nous...).Mon prof suggère à mes parents de prendre des cours en plus avec un de ses anciens élèves. Et chaque semaine j'ai eu mes deux cours de violon pendant 8 ans. J'ai fait d'énormes progrès, je me suis prise au jeu, l'été je faisais des stages avec des profs de renommée mondiale (juste parce qu'ils avaient lieu dans le village d'origine de ma famille où nous avons notre maison de famille au fond de nulle part^^) et je voyais des élèves avec des niveaux que je pensais alors impossible à atteindre et j'ai commencé à aimer le violon passionnément. Par contre je n'ai jamais aimé l'esprit conservatoire, j'ai une nature plutôt rebelle et même si je me laissais faire, j'étais docile, je n'en pensais pas moins! Les grands élèves du conservatoire en violon étaient ceux de mon prof et du coup il y avait un sale esprit de compét entre nous, je détestais mais je donnais le change sans non plus bosser comme une acharnée, j'avais de bonnes méthodes de travail grâce à mon répétiteur, des facilités et je laissais faire les choses, je réussissais mes exams sans forcer, mes profs étaient contents et du coup moi aussi.

J'ai toujours eu l'angoisse du futur, je ne savais pas quel boulot je voulais faire, je n'osais pas rêver à devenir violoniste car je ne pensais pas être capable d'atteindre un niveau pro (et j'en voyais tellement de bons élèves en stage que je passais mon temps à comparer mes lacunes et à me dire que je ne jouerais jamais comme eux, si parfaitement tout ça), et du coup je forçais pas plus. Quand j'ai eu 16 ans je suis rentrée en cycle spécialisé, avec ma grande motivation, le jury ne me voyais pas faire de la musique professionnellement, mais j'avais le niveau d'y rentrer alors je suis rentrée, avec du recul je trouve que leurs remarques étaient très connes (pardon^^), je pense qu'à cet âge là on doit être nombreux à pas savoir ce que l'on fera de sa vie et à se chercher encore, c'est sans doute plus facile lorque l'on est élève dans un plus gros conservatoire niveau orientation tout ça. Mon prof ne nous poussait pas à faire carrière, il partait à la retraite et le changement du métier ne l'inspirait pas. Bref le fait qu'on ne me voit pas faire ça à réussi à me convaincre que je ne ferai pas ça alors que l'idée commençait à germer, l'année du DEM j'ai tout envoyé valser et je n'ai pas voulu le passer, j'ai passé un CFEM avec le programme du DEM histoire de partir de là avec un truc. Et les mêmes qui me disaient hier que je n'avais pas d'avenir me faisaient tous les compliments de la terre sur mon jeu (jusqu'à me dire que j'aurais dû passer mon DEM je l'aurais eu, tout ça...), au lieu de me féliciter d'avoir eu mon CFEM avec l'una et les félicitations, j'ai pleuré tout ce que j'ai pû en me disant que ce milieu était pourri et que je n'en ferai jamais partie.

J'ai eu mon bac et je suis partie à la capitale faire des études passionnantes qui ne servaient à rien mais que j'ai adoré! En parallèle j'ai continué le violon avec un prof à qui je dois énormément. old school lui aussi, mais il m'a tout fait reprendre et du coup j'étais obligée de bosser mon violon sérieusement (alors que je n'envisageais plus trop d'avenir pro avec, ce qui ne changeais rien pour mon prof heureusement! ) j'ai bossé des pièces sublimes de compositeurs qui me faisaient rêver gamine, et j'ai décidé qu'en fait si si si je voulais faire ça, je ne voulais pas d'un job me bouffant le temps que je pourrais passer sur mon violon et me faisant regretter à vie de ne pas avoir essayé, j'ai bossé, je me suis plantée, je me suis relevée j'ai bossé et j'ai progressé et j'ai réussi.

J'ai eu mon DEM tardivement du coup, j'ai passé un temps fou à essayer de me trouver dans la musique, mais je l'ai eu facilement puisque j'avais fait des cycles spé dans trois conservatoires, mes camarades de classes au conservatoire étaient tous des petits jeunes...^^ et ensuite parcours classique: je donnais des cours de violon activité que j'adore, j'ai une approche pas toujours académique avec mes élèves, je veux leur donner l'amour de la musique et du violon avant tout mais je suis aussi assez old school sur d'autres trucs (vous connaissez mon amour fou pour la technique instrumentale^^).

Alors naturellement j'ai choisi l'enseignement pour tout ça et aussi parce que lorsque tu vieillis faut un boulot et un salaire régulier il paraît.J'ai passé deux diplômes d'Etat en violon et en alto en cefedem et depuis je galère dans les méandres administratifs en espérant être titulaire un jour, mais je m'éclate tous les jours au boulot. Je bosse en conservatoire, oui après vous avoir dit que je n'aimais pas trop cette institution^^ et ce parcours pas classique qui est le mien est un atout actuellement dans ma façon de voir les choses. J'aurais pû arriver à ça finalement beaucoup plus simplement, je me dis souvent que j'ai perdu des années (10 ans^^) dans mon parcours, mais du coup j'ai appris plein de trucs, j'ai travaillé plein de pièces (oui beh 8 ans de cycle spé et de cycle perf ça fait du répertoire!!^^). J'ai été confrontée au mauvais encadrement de l'institution (mon frère avait une prof terrible, qui passait les effets de sa dépression sur ses élèves,une cata!), au bon aussi ensuite, j'ai fait d'autres trucs, j'ai aussi toujours accepté les propositions musicales qu'on me faisait pourries ou non, pour le plaisir de jouer et du coup les propositions étaient de moins en moins pourries.

Pour conclure il est important pour le jeune musicien qui envisage le métier d'être bien informé, avec le recul je sais que franchement j'aurais pû faire plus efficace et plus rapide niveau formation.

Après je pourrais continuer sur le milieu professionnel mais là ça prendrait trop de temps et je ne suis pas optimiste sur le sujet, on a un métier magnifique, on bosse comme des dingues pour l'art, pour sa maîtrise et sa transmission, et on a une reconnaissance de merde par nos dirigeants quels qu'ils soient, qui nous prennent de haut et nous proposent des conditions de boulot de misère. Pas de concours CNFPT depuis 2011 par exemple et du coup la galère pour les diplômés après 2011, on bosse dans une semi-légalité dont tout le monde se fout, à temps non complet imposé etc...

Aussi j'ai pû m'interroger sur la place de l'amateur dans notre société puisque c'est aussi ça qui a fait que j'ai choisi d'être pro: maintenir mon niveau et le développer. Impossible avec le fonctionnement actuel à moins d'avoir plein de sous.

Voilà, c'est assez décousu tout ça.
Sage?Comme un orage!
Ελευθερία ή Θάνατος!

Stéphalti
Messages : 423
Inscription : jeu. 2 déc. 2010 21:28
Pratique du violon : 0
Sexe : Femme
Localisation : Lyon
Contact :

Re: Devenir musicien professionnel en France

Message par Stéphalti » lun. 9 nov. 2015 15:47

En lisant ton pavé, on comprend mieux ton avatar. ;)
Je pense que ça doit être assez chouette d'être ton élève... sur le plan humain et pédagogique en tous les cas, (ne pouvant juger de tes qualités violonistiques via le clavier d'ordi).
Merci d'avoir eu le courage d'écrire tout ça, ça donne à réfléchir.

Je me demande quelle sera la réaction de Zaphod, lui qui refuse de parler de métier ou de carrière quand on est musicien... je n'arrive vraiment pas à comprendre le pourquoi du comment, d'ailleurs!
http://www.musicorporythme.fr/
Sans la musique, la vie serait une erreur... Friedrich Nietzsche

Avatar de l’utilisateur
PhilippeB
Messages : 559
Inscription : lun. 15 déc. 2014 15:55
Pratique du violon : 0
Sexe : Homme
Localisation : 94

Re: Devenir musicien professionnel en France

Message par PhilippeB » lun. 9 nov. 2015 18:53

:super: Merci pour ce premier témoignage fort intéressant! Dans ton cas tu sembles avoir privilégié l'enseignement et tu ne parles pas du tout d'orchestre. Cela ne t'a jamais tenté? C'est pourtant ce qui me semble le débouché le plus naturel pour un violoniste.
Ce que je retiens aussi c'est la difficulté actuelle d'accéder à un vrai statut de fonctionnaire quand on enseigne en conservatoire. Ce point m'avait déjà été rapporté par une des profs de mon fils (elle devait avoir dans les 25 ans) quand il était en conservatoire municipal. J'avais été très surpris d'autant que les effectifs de la fonction publique territoriale ont explosés ces dernières années, mais hélas il doit s'agir de cantonniers et pas de profs de musiques :pleur4:
Enfin tu sembles avoir eu conscience de tes limites instrumentales assez tôt (confrontation aux autres dans les stages, etc.) et tu ne parles pas trop de rêves de gloire. Je dis ça parce que quand on est gamin et qu'on a un très bon niveau pour son âge on se rêve généralement en concertiste international et on ne conçoit l'enseignement à la rigueur que comme prof au CNSM :mdr1: La chute est alors souvent très dure à vivre psychologiquement quand on commence à se frotter au gratin ne serait-ce qu'au niveau national...

Avatar de l’utilisateur
Anthurium
Messages : 1658
Inscription : mer. 24 nov. 2004 20:55
Pratique du violon : 25
Sexe : Femme

Re: Devenir musicien professionnel en France

Message par Anthurium » lun. 9 nov. 2015 22:10

Je fais de l'orchestre également, je suis sur un nouveau poste depuis septembre et on a un orchestre départemental, de l'orchestre de jeunes aussi qui mélange pros, grands élèves et amateurs, j'adore ça, et aussi de la musique de chambre :coeur: ,je ne me vois pas enseigner sans jouer, ce serait absurde ;) Mais pour pouvoir vivre de ses concerts c'est quand même pas évident, l'enseignement il faut le dire est aussi un choix de stabilité mais heureusement pas que ça sinon c'est pas possible et vraiment je m'éclate à enseigner, je suis juste blasée de voir à quel point la culture est un truc accessoire pour la société actuelle alors que pour moi c'est juste vital!

Je viens de retourner dans une région dans laquelle j'ai fini mes études quand j'étais élève en DEM, j'ai encore pas mal de contact et du coup les concerts se remettent en route, je suis en train de construire vraiment mon activité artistique.

J'ai eu la chance de jouer plusieurs fois en soliste dans mes conservatoires, c'est génial, mais après je n'ai pas une âme de vedette non plus, je joue pas trop mal, j'ai tjs eu mes diplômes de conservatoire avec de super mentions, j'ai gagné des concours régionaux, mais je fais la part des choses, je n'ai pas un niveau de concertiste et je n'ai jamais bossé suffisament pour, faut savoir se situer! Mes parents te diraient que je manque d'ambition, je suis juste réaliste ;) .
Sage?Comme un orage!
Ελευθερία ή Θάνατος!

Avatar de l’utilisateur
PhilippeB
Messages : 559
Inscription : lun. 15 déc. 2014 15:55
Pratique du violon : 0
Sexe : Homme
Localisation : 94

Re: Devenir musicien professionnel en France

Message par PhilippeB » mar. 10 nov. 2015 15:03

En effet, j'ai l'impression que la grande majorité de ceux qui veulent faire profession de la musique après un parcours classique en conservatoire essaient de décrocher un poste de prof "pour assurer les arrières" et de mener ou développer en parallèle une activité de concert (en orchestre ou musique de chambre). Il faut donc être assez entreprenant, avoir des projets et se donner les moyens de les réaliser. Bref il faut être passionné par la musique, avoir le "feu sacré" comme disait mon prof de piano, sans quoi j'imagine qu'on peut facilement s'enterrer et s'aigrir au bout du compte...
Je ne sais pas s'il existe encore beaucoup de purs musiciens d'orchestre avec éventuellement une activité d'enseignement annexe. J'imagine que c'est une autre possibilité mais que les places de titulaires sont encore plus difficiles à décrocher, notamment dans les orchestres de renom. C'est vrai qu'on nous rebat les oreilles avec la concurrence internationale exacerbée qui fait que pour un poste ouvert il y a aujourd'hui 100 candidats contre 3 ou 4 il y a 30 ans, mais en même temps je n'ai pas l'impression de voir les bataillons de violonistes asiatiques ou russes qu'on nous promet envahir ces orchestres prestigieux... Donc peut-être à nuancer...
Quant aux purs solistes, cela me semble un métier à part qui demande plus que de simples qualités musicales ou instrumentales mais aussi une vraie envie d'occuper le devant de la scène et des capacités instrumentales hors normes avec passage obligé par les palmarès des concours internationaux. Beaucoup d'appelés et très peu d'élus, la grande majorité ayant été "enfant prodige" (à des degrés divers), et ayant aussi bénéficié de soutiens et d'appuis pour "percer" comme on dit.

Avatar de l’utilisateur
Yohna
Messages : 33
Inscription : mer. 28 déc. 2016 17:50
Pratique du violon : 10
Sexe : Femme

Re: Devenir musicien professionnel en France

Message par Yohna » jeu. 29 déc. 2016 22:00

Coucou :) je viens de lire vos posts qui m'ont pas mal poussé à vous envoyer le pavé qui va suivre et je trouve que ce sujet tombe à pic on va dire :3

Personnellement,j'ai 16 ans et je passe le bac cette année... Je joue depuis mes 6 ans au Conservatoire de Lille. J'ai fait de l'orchestre pendant 4 ans, de la musique classique pendant 8/9ans et solfège, harmonie technique de grilles et tout le tralala...) et je me suis arrêtée l'année dernière à mon brevet de fin de second cycle car je n'en pouvais plus du classique et de toute la compèt' qu'il peut y avoir, toute cette médisance et cette ambiance froide.. Je me suis mise au Jazz depuis 2 ans que j'affectionne tout particulièrement :) et l'ambiance est aux antipodes du cursus classique et cela m'aide musicalement à retrouver l'essence de la musique au lieu de voir certains musiciens plein d'orgueil et qui se servent plus de la musique comme d'un outil pour qu'on leur lance des fleurs au lieu de faire de la musique un objectif personnel (que ce que tu joues sonne et groove etc..) mais aussi "collectif" puisque si tu fais de la musique pour qu'elle te plaise à toi, c'est encore mieux si elle plait aux autres et que tu arrives à leur communiquer des émotions etc. Par contre, le jazz, c'est dur, et suffit pas de 2 ans pour y arriver, je pense que ça se travaille réellement toute sa vie (même si de manière générale la musique on doit la travailler toute sa vie)et donc il m'arrive de me sentir un peu perdue parce que j'improvise à l'instinct (et donc parfois je n'ai pas du tout de feeling pour un morceau donc ça me bloque) et pas forcément en fonction des modes...Par contre cette année j'ai commencé la musique irlandaise qui a réellement été une superbe découverte :)... Tant humaine, que musicale, que pédagogique.. Tout en fait, mon prof est super, les morceaux sonnent bien et sont pas trop compliqués à bien faire sonner...bref le bonheur
L'année prochaine j'aimerai me consacrer à la musique dans le but de faire une formation professionnelle en violon (en tant que violoniste et pas en tant que prof) (au grand damn de mes parents musiciens qui connaissent bien le métier :/) et j'essaie de trouver une école en France avec une pédagogie différente de celle des conservatoires puisque je ne me suis jamais vraiment plu en conservatoire... En effet, j'ai vraiment l'impression qu'il y a une culture dominante: le classique et que les autres styles de musique (trad', jazz, mao...) sont peu valorisées au final... Et du coup l'année pro j'aimerai davantage me tourner vers les musiques actuelles tout en continuant le Jazz bien évidemment... Pour l'instant je me suis renseignée sur les petites structures indépendantes en France qui enseignent la musique actuelle mais qui n'ont pas forcément une grande renommée (Music'Hall à Toulouse par exemple) histoire de prendre le temps de découvrir les musiques actuelles tout en continuant de bosser ma technique...Après le souci c'est que j'ai peur qu'une fois sortie de cette école il n'y ait pas trop de débouchés pro'... Sinon je pensais au CMDL éventuellement, mais il est sur que pour le moment je n'ai pas le niveau pour y entrer et il faudrait que je travaille au moins 3/4 ans avant d'être en mesure de passer les auditions je pense... Sinon, je ne suis pas du genre sédentaire et étudier à l'étranger serait pour moi une réelle opportunité mais cela implique un cout financier et surtout c'est assez complexe de trouver une école spécialisée en musique actuelles/ Jazz qui enseigne le violon ou même carrément une école de violon.. Le truc c'est que je dois rendre mes voeux d'orientation vers Janvier/Mars et que pour l'instant tout reste un peu flou dans ma tête...Vous en pensez quoi vous ?? (et vraiment désolée pour cette encyclopédie... :()

Avatar de l’utilisateur
Malkichay
Messages : 11283
Inscription : mer. 17 août 2005 13:36
Pratique du violon : 5
Sexe : Homme
Localisation : Lyon

Re: Devenir musicien professionnel en France

Message par Malkichay » jeu. 29 déc. 2016 23:08

En effet, j'ai vraiment l'impression qu'il y a une culture dominante:
Ben oui... :-(
Si tu veux vraiment faire de la musique ton métier, je te conseillerai de continuer le Conservatoire autant que tu peux, même si ça te gave. La concurrence est très rude en musique et les bons musiciens sont légion, quelque soit le style joué.
Moderato ma non troppo

Avatar de l’utilisateur
Yohna
Messages : 33
Inscription : mer. 28 déc. 2016 17:50
Pratique du violon : 10
Sexe : Femme

Re: Devenir musicien professionnel en France

Message par Yohna » jeu. 29 déc. 2016 23:19

Ouai mais je ne pense pas qu'il faille réellement parler de concurrence en musique... Par ailleurs, oui, ce ne sont pas tous les musiciens qui arrivent un jour à "sortir du lot" si on peut dire, mais il existe des musiciens talentueux qui résistent à "l'envahisseur" et se sont démis d'apprendre dans des conservatoires (Paco de Lucia, Hendrix, Janis Joplin en tant que chanteuse...) même si aujourd'hui je suis d'accord avec toi pour dire que c'est quand même un gros atout si on veut vraiment travailler la technique etc... Après je pense qu'il y a aussi toute une question propre à l'art et au phénomène de créativité, d'originalité... Aujourd'hui si l'on regarde les artistes talentueux (et du coup j'exclue le phénomène de business de la musique, musique commerciale...) (Jacob Collier, Tom Enhco, Charlie Winston, enfin dans tous les styles on peut en trouver) qui arrivent à être reconnus et à tourner etc. c'est qu'ils ont réussi à avoir mettre leur pâte, leur signature... Mais de tout temps et dans tous les arts ça a été comme ça je pense! La technique ne fait pas tout, et je ne pense pas qu'il faille parler de concurrence mais plutôt de capacité créative, artistique qui elle n'est pas donnée à toute oui...

Avatar de l’utilisateur
Yohna
Messages : 33
Inscription : mer. 28 déc. 2016 17:50
Pratique du violon : 10
Sexe : Femme

Re: Devenir musicien professionnel en France

Message par Yohna » jeu. 29 déc. 2016 23:29

Après ce n'est que mon humble avis...

Avatar de l’utilisateur
Malkichay
Messages : 11283
Inscription : mer. 17 août 2005 13:36
Pratique du violon : 5
Sexe : Homme
Localisation : Lyon

Re: Devenir musicien professionnel en France

Message par Malkichay » ven. 30 déc. 2016 10:01

La grande majorité des musicos avec lesquels je travaille n'a jamais mis les pieds au Conservatoire. C'est une sorte d'avantage, car ils ont appris dés le début à jouer des coudes pour pouvoir jouer.

Les rares musicos issus du classique que je connais ont plus l'esprit "fonctionnaire" et cherchent plutôt à intégrer une école pour être enseignant ou passer des concours pour les plus jeunes.

J'ai toujours navigué entre le monde du travail et le monde de la musique. J'ai choisi une profession qui me le permet, et je dois dire que c'est une solution qui m'a permis de limiter les risques et d'avoir une certaine liberté de choisir.
Moderato ma non troppo

Avatar de l’utilisateur
John Door
Messages : 97
Inscription : lun. 18 juil. 2016 16:18
Sexe : Homme
Localisation : Seine et Marne
Contact :

Re: Devenir musicien professionnel en France

Message par John Door » ven. 30 déc. 2016 11:53

Il y a au CRD de Bobigny, une section Jazz plutôt solide (et même un cours d'impro) Sinon tu dois pouvoir trouver quelque chose du côté de l'école de Didier Lockwood, mais je n'en sais pas beaucoup plus.. :)

Sinon pour avoir fait un parcours similaire au tiens, càd du violon et du Solfège jusqu'à mes 16 ans et validations de mes 2nds cycles, puis du Jazz pendant 5 ans, de l'impro, du Rock, de la scène, même. Et bien..
Je suis finalement retourné en Conservatoire, parce qu'aussi grande soit ma motivation à improviser et jouer d'un style plus libre que le classique, y a pas à tortiller, le violon est un instrument d'une grande profondeur technique, profondeur que je n'avais à peine qu'effleuré auparavant.

Et si je voulais être libre dans mes impro, ou de jouer dans toutes les tonalités (comme le Jazz le demande souvent), il fallait que j'ai une liberté de jeu qui me le permette. Et pour ça, il n'y a pas trente mille solutions, il faut faire du répertoire technique, pas encore assez développé côté Jazz, et donc, retourner vers le classique.

(Bon, de mon côté, j'ai repris goût au "classique" en passant, ce qui n'est pas si mal non plus.. :rolleyes: )
Le beau, c'est le vrai bien habillé.” Honoré de Balzac

Avatar de l’utilisateur
Yohna
Messages : 33
Inscription : mer. 28 déc. 2016 17:50
Pratique du violon : 10
Sexe : Femme

Re: Devenir musicien professionnel en France

Message par Yohna » ven. 30 déc. 2016 14:29

haha :) Merci pour vos réponses en tout cas... Après je pense que le conservatoire reste à cumuler avec une certaine expérience de la scène et du jeu en groupe etc...

Avatar de l’utilisateur
PhilippeB
Messages : 559
Inscription : lun. 15 déc. 2014 15:55
Pratique du violon : 0
Sexe : Homme
Localisation : 94

Re: Devenir musicien professionnel en France

Message par PhilippeB » ven. 30 déc. 2016 17:38

Je vois que tu connais déjà le CMDL, donc ne tiens pas compte de mon autre post...
En effet leur niveau de recrutement est je crois plus élevé que 2ème cycle. J'ai une amie qui est violoniste classique pro et qui fait sa deuxième année là-bas car elle a souhaité se réorienter vers le jazz. Même si elle doit avoir 2 fois ton âge elle a je crois un peu la même approche que toi à savoir une ouverture à tous les styles de musique et une énorme envie de "faire" de la musique, et pas seulement de savoir jouer, si tu vois la différence (mais je suis sûr que tu la vois!).

Avatar de l’utilisateur
Yohna
Messages : 33
Inscription : mer. 28 déc. 2016 17:50
Pratique du violon : 10
Sexe : Femme

Re: Devenir musicien professionnel en France

Message par Yohna » ven. 30 déc. 2016 18:05

Oui c'est exactement ça l'idée ! :) Il est sur que la technique sert à la musicalité et que parfois un simple progrès technique peut faire jaillir de nouvelles idées musicales mais le but de la musique doit avant tout être de faire de la musique, de créer, de dégager des émotions à mon sens pas d'être ultra performant techniquement même si bien évidemment tout n'est pas blanc ou noir et que c'est un gros avantage de faire des prouesses techniques :)

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités